BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > 12ème congrès de la Société africaine d’orthopédie

Quatre jours d’activité pour un renouveau de la chirurgie traumatologique

JPEG - 99.2 ko

Le ministre de la santé, Docteur Alassane Séidou a donné le top des travaux du douzième congrès de la Société africaine d’orthopédie (Safo) couplé avec le troisième congrès de la Société béninoise de chirurgie orthopédique et traumatologique (Sobecot).

Cette rencontre internationale entre acteurs et spécialiste de la santé aura le mérite d’accoucher des recommandations pour une meilleure prise en charge des populations africaines. La salle bleue du palais des congrès a servi de cadre à cette cérémonie officielle ce lundi 10 avril 2017.

JPEG - 110.1 ko

Plusieurs thématiques seront abordées au cours de ce congrès prévu pour durer du 10 au 14 avril 2017. Entre autres : fractures de l’humérus proximal, traitement non prothétique de la Gonarthrose, la hanche drépanocytaire, traumatismes du rachis dorso-lombaire, le symposium sur les accidents de la route.

JPEG - 77.8 ko

C’est en effet les sujets sur lesquels les participants vont réfléchir au cours des quatre jours de travaux sous la supervision des experts internationaux.

La rencontre du Bénin qui fait suite à celle d’Abidjan en 2015 est d’une grande importance pour les acteurs selon les propos du président du comité d’organisation, Aristote Hans-Moevi. Selon lui, la question de traumatologie est cruciale face à une défaillance de prise en charge. C’est pour cette raison que le partage d’expériences est nécessaire pour une prise en charge codifiée des populations. Il a rassuré l’assistance que des dispositions sont prises pour offrir des commodités de travail pour un bon échange. Aristote Hans-Moeti n’a pas tari d’éloges à l’endroit du gouvernement Béninois notamment du ministre de la santé pour l’effort consenti à la tenue de ce congrès.

Allant dans le même sens, le directeur de cabinet du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique justifie l’intérêt de la rencontre et fait savoir que le gouvernement accorde un point d’honneur à la formation. C’est pourquoi, poursuit Bienvenu Koudjo, au Programme d’action du gouvernement, il est inscrit pour le compte du ministère de l’enseignement supérieur, plusieurs bourses d’études en spécialité et le recrutement d’enseignants chercheurs.

La société africaine de l’orthopédie face aux nouveaux défis

La mission de la Safo entendez Société africaine de l’orthopédie est de fédérer les acteurs du domaine autour du même idéal. Cette mission, le bureau exécutif le joue si bien qu’il est utile à son président, le professeur Michel Anoumou de se demander si la Safo est-elle sous de nouveaux hospice ? Et mieux, elle a besoin du soutien des acteurs pour son rayonnement au même titre que les autres disciplines scientifiques. Quitte à ce qu’elle attire d’autres jeunes qui désirent l’exercer. Il s’estime heureux en attendant de passer le témoin dans quelques jours à un successeur d’avoir accompli une mission noble au cours de son mandat. Laquelle a été sanctionnée par la rédaction de deux éditions de magazine et bien d’autres actions.

Les perspectives du ministère de la santé

« Il n’est aujourd’hui un secret pour personne que les besoins en service de chirurgie orthopédique et traumatologie sont en pleine croissance dans nos pays du fait de la recrudescence des accidents domestiques, sur les lieux de travail et sur les voies publiques, constate le ministre de la santé Dr Alassane Séidou. C’est donc nécessaire, à ses dires, que face à ces éventualités, les techniques et les moyens thérapeutiques se modernisent requérant davantage de connaissances et de spécialisation pour les praticiens. « Il est indispensable de promouvoir la formation continue des Chirurgiens orthopédistes traumatologues, des Chirurgiens généralistes et du personnel paramédical pour une prise en charge chirurgicale adéquate des affections traumatologiques et dégénératives de l’appareil locomoteur », a indiqué Dr Alassane qui note par ailleurs que la traumatologie routière est désormais une question de santé publique. Nous sommes convaincus au Bénin que les résultats du congrès ne peuvent être correctement exploités et entretenus que si nos établissements hospitaliers sont dotés de plateaux techniques adéquats et si nous résolvons le problème de l’accessibilité financière pour nos populations majoritairement pauvres, a souligné le ministre de la santé. Il a rappelé que le gouvernement a prévu à travers le PAG d’ambitieux projet portant sur la mise aux normes du plateau technique des centres hospitaliers, la construction d’un hôpital universitaire de référence et l’institution d’un régime d’assurance maladie universel, le recrutement de spécialistes en vue d’une meilleure prise en charge des patients sur toute l’étendue du territoire national.

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj