BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > 5ème congrès de la Société africaine de chirurgie pédiatrique.

L’appel du Ministre Alassane SEIDOU pour œuvrer à la préservation de la vie de l’enfant.

JPEG - 95.4 ko

Les membres de la Société africaine de la chirurgie pédiatrique tiennent leur cinquième congrès à Cotonou. Du 17 mai au 19 mai 2016, les spécialistes de la chirurgie pédiatrique vont échanger, discuter et partager des expériences sur la pratique de la pédiatrie chez les enfants. Cette assise mise sous le parrainage du ministre de la santé, Dr Alassane SEIDOU a été une occasion pour lui de lancer un appel pour la préservation de la vie des enfants. La salle polyvalente du palais des congrès de Cotonou abrite les travaux de ce congrès international dont le lancement a eu lieu hier mardi 17 mai 2016.

« La chirurgie pédiatrique d’Afrique, hier, aujourd’hui et demain ». C’est le thème du cinquième congrès de la Société Africaine de Chirurgie Pédiatrique (SACP) qui réunit à Cotonou les spécialistes de la pédiatrie venus de onze pays africains et de l’Europe. Et pour sous-thème, les soins chirurgicaux à l’enfant, l’anesthésie et la réanimation pédiatrique, la coeliochirurgie pédiatrique, la chirurgie pédiatrique et les autres spécialités médicales et chirurgicales, l’infirmerie dans l’asepsie et l’organisation du bloc opératoire. En effet, dans son intervention à l’assistance, le Professeur Séraphin GBENOU définit le médecin-pédiatre comme étant le spécialiste qui s’occupe de l’enfant qui a une pathologie. Ces médecins sont encore appelés d’après ses expressions, les médecins à cinq étoiles.

C’est à juste titre qu’ils se sont habillé chapeaux griffés des cinq étoiles pour se distinguer de la grande assistance. Faisant constater que la pratique est très peu développée en Afrique, le professeur Séraphin GBENOU fait des plaidoyers à l’endroit des gouvernants. Il recommande de pourvoir les Centres hospitaliers universitaires des matériels de réanimation chirurgicales, des équipements endoscopiques et miniscopiques pour des soins de qualité, former et recruter des médecins cinq étoiles, la prise en charge des malformations. Car l’enfance devrait être au cœur de la solidarité internationale. Pour la vice-présidente de la société africaine de la chirurgie pédiatrique, le professeur da Silva ANOAH, il faut toujours déterminer le risque chirurgical et informer les parents du succès ou de l’échec de l’opération. Par ailleurs, elle suggère que la médecine préventive est fondamentale et doit être développée dans les services de santé. 
Former des médecin-pédiatres et soutenir la Sacp .

Les objectifs de la Société africaine de la chirurgie pédiatrique, tels énumérés par son président, le professeur Michel FIOGBE est de contribuer au développement de la chirurgie pédiatrique, former et encourager la formation des chirurgies pédiatres, promouvoir les travaux scientifiques en chirurgie pédiatrique, collaborer aux travaux des acteurs prenant en charge la santé de l’enfant, renforcer les liens existant avec les autres sociétés de chirurgie pédiatrique, contribuer à ,l’organisation de l’exercice de la chirurgie pédiatrique dans les différents pays, apporter aux pouvoirs publics une contribution à la mise en œuvre de politique pertinente de soins, recherche et enseignement, en chirurgie pédiatrique. A ce titre, le président de la SACP souligne qu’il est initié depuis 2014, en partenariat avec l’Ong française la chaîne de l’espoir, un séminaire d’enseignement théorique et pratique deux fois par an dans les pays qui ont une école de formation de chirurgien pédiatre. « La Sacp a quinze ans d’âge, dans un environnement technologique, socioéconomique qui s’est beaucoup modifié », a fait savoir le professeur Michel FIOGBE.

 

Dr Alssane SEIDOU expose les recommandations de l’OMS

Le Ministre de la Santé se veut rassurant quant aux soins de santé. « La qualité des soins est un concept d’actualité et une nécessité absolue pour l’atteinte des Objectifs de développement durable liés à la santé », déclare le ministre de la santé. Pour lui, l’amélioration des soins de santé ne sera possible que si des changements s’opèrent avec l’implication des acteurs du système de santé qui doivent être animés par les mêmes exigences de performance. Il a par ailleurs présenté un rapport de l’OMS selon lequel la couverture sanitaire minimale est assurée avec un seuil au moins égal à 23 personnels qualifiés (médecins, infirmières et sages-femmes) pour 10.000 habitants. Au Bénin en 2013, souligne Dr Alassane SEIDOU, ce seuil était de loin d’être atteint avec seulement huit personnels qualifiés pour 10.000 habitants. « Qu’en est-il de la chirurgie pédiatrique où les chirurgies pédiatres se comptent au bout des doigts d’une main pendant que les enfants font 55% de la population ? », se demande le ministre de la santé.

Ce congrès est le signe que la Sacp adhère au programme « sécurité des patients » de l’Oms qui vise entre autre à relever deux défis mondiaux à savoir un soin propre est un soin plus sûr, une chirurgie plus sûre pour épargner des vies. « Il faille à l’image du roi Ghézo, une union sacrée pour sauver la vie de l’enfant, objectif plus facile à atteindre dans la promotion d’équipe multidisciplinaire », suggère le ministre de la santé. Rappelons qu’au Bénin, la mortalité des moins de cinq ans est de 115 décès pour 1000 naissances. 

CELL-COM/MS
 

 

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj