BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > Revue de performance du système de santé 2014 : Huit principales recommandations pour ne pas manquer le rendez-vous des OMD.

Du 28 au 29 avril 2015, le Ministère de la Santé a tenu la réunion d’analyse de ses performances obtenues au titre de l’année 2014. C’est le palais des congrès qui a servi de cadre à cette réunion qui a connu la participation des partenaires techniques et financiers, des cadres du niveau central et périphérique dudit ministère. Au terme de ces deux jours de travaux d’auto évaluation, l’espoir d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD), est nourri par les uns et les autres.

 

« Nous devons travailler pour l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement et renforcer les actions en vue de la lutte contre les fièvres hémorragiques à virus Ebola et Lassa ». C’est en substance, l’exhortation, du Professeur Dorothée Akoko KINDE-GAZARD, Ministre de la Santé, au terme de deux jours de bilan sur les actions menées en 2014, en vue d’améliorer les conditions sanitaires des populations. C’était le mercredi 29 avril 2015, au palais des Congrès de Cotonou.

Outre ces deux défis émanant de l’autorité de tutelle, huit autres, libellés en recommandations, ont été adoptés. Au nombre de ceux-ci, le plaidoyer pour le vote de la loi sur le Régime d’assurance maladie universelle (RAMU) ainsi que les actions à mener à l’endroit de la Cour suprême afin que sorte de ses tiroirs, la loi portant hygiène publique qui y séjourne depuis près de 24 mois.

L’élaboration et la mise en œuvre du plan d’endiguement du choléra, de même que l’harmonisation des coûts de prestation au niveau des formations sanitaires figurent également en bonne place sur la liste de ces défis.

JPEG - 37.9 ko

De leurs côtés, les Partenaires Techniques et Financiers ont demandé que des réflexions soient menées pour aboutir à l’harmonisation de l’approche du financement basé sur le résultat (FBR), qui entre dans sa phase de généralisation. Spécifiquement, la Belgique a insisté sur la révision de l’allocation des fonds aux indigents. De cette intervention, a jailli l’idée, selon laquelle, un mécanisme de prise en charge de l’indigent doit être défini au point où ce dernier n’aurait rien à payer, toutes les fois qu’il exprimera le besoin de se faire soigner.

« Nous voici au terme de deux jours de travaux consacrés à l’analyse des performances du secteur », a conclu le Ministre de la Santé qui a néanmoins tenu à partager avec tous les participants, l’utilité de cette revue annuelle de performance. « Il s’agit d’une rencontre capitale du bilan des efforts accomplis et de l’identification des perspectives du secteur ». Autrement, selon le ministre de la Santé, cette rencontre doit devenir pérenne pour capitaliser les acquis et chercher à corriger les insuffisances.

2014, une année faste, mais le meilleur reste à venir

Le mardi 28 avril 2015, à l’ouverture de cette réunion d’analyse de performance du système béninois de santé, le Professeur Dorothée Akoko KINDE-GAZARD, Ministre de la Santé, a indiqué « Notre objectif est de réaliser les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et le Bénin n’est pas si loin ».

Ainsi, dans le cadre de l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant, la première responsable du département sanitaire a rappelé les près de 3 millions d’enfants touchés par la vaccination et la dose de la vitamine A. Elle s’est également appesantie sur le nombre de femmes et de bébés sauvés grâce à la césarienne gratuite. 29 731 femmes césarisées en 2014 contre 26 451 en 2013. Elle n’a pas omis de citer les femmes enceintes et les enfants de 0 à 5 ans, gratuitement, pris en charge dans le cadre de la lutte contre le paludisme.

Le contact des populations avec des agents de santé qualifiés a également préoccupé les autorités sanitaires en vue de réduire la pauvreté sanitaire des citoyens. Ainsi, 1154 agents de santé ont été recrutés courant 2014 et déployés dans l’Atacora-Donga puis dans le Borgou-Alibori, des zones où le gap d’agents qualifiés était criard. Le rapprochement des patients d’un centre de santé qualifié a aussi été une préoccupation. Ainsi, l’hôpital de zone de Djidja a été mis en service. D’autres sont en construction. C’est le cas des hôpitaux de Pobè et de Kouandé.

Mais, que faut-il faire pour limiter le paiement direct des populations dans les centres de santé, afin d’harmoniser le coût d’accès aux soins de santé et instaurer la bonne gouvernance dans le secteur ? Le Ministère de la Santé, en 2014, n’a cessé de plaider pour qu’advienne la loi sur le Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU) afin de généraliser la mesure.

Même entrain au niveau du passage à l’échelle du financement basé sur les résultats. 2014 a permis d’élaborer les documents idoines afin qu’en cette année 2015, toutes les 34 zones sanitaires soient touchées par cette mesure.

2014 a aussi été un tremplin pour renforcer la collaboration avec les Partenaires Techniques et Financiers en vue de l’atteinte de ces OMD. Hormis les appuis techniques, plus de 20 milliards de FCFA, ont été engrangés, pour l’amélioration de la santé des populations.

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj