BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > Chaque franc dépensé doit être orienté dans le sens de la satisfaction des besoins des populations en santé

Le personnel du ministère de la Santé, en compagnie de leur autorité de tutelle, se sont présentés, comme à l’accoutumée, les vœux d’une fructueuse année 2015, le vendredi 30 janvier, sur l’esplanade intérieure dudit ministère à Cotonou.

JPEG - 34.3 ko

Prière musulmane, celle catholique, cérémonie protocolaire, les verres soulevés et des plats partagés.

JPEG - 40.9 ko

Ce sont par ces actes coutumiers à la maison santé que le professeur Dorothée Akoko Kindé-Gazard, ministre de la Santé, et les siens se sont présentés, le vendredi 30 janvier, dans l’enceinte du ministère, à Cotonou, les bons vœux en cette année 2015.

« (…) le secrétaire général du ministère (Adanmavokin Justin Sossou) a formulé à mon endroit, en votre nom à tous, vos bons vœux pour l’année 2015. Je vous en remercie très sincèrement et vous adresse en retour, à vous-mêmes, à vos familles respectives ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, mes vœux d’une santé robuste, d’une paix profonde, de succès et de bonheur tout au long de la nouvelle année ».

Après cette formule magique consacrée à la circonstance, prononcée par l’autorité de tutelle, elle a saisi l’occasion pour remercier ses collaborateurs pour les résultats obtenus en dépit « des conditions qui ne sont pas toujours, des plus favorables ». Il n’en demeure pas moins, qu’elle les a exhortés à relever d’autres défis plus nobles. Notamment, tout faire en 2015 afin « qu’il ait une réelle adéquation entre les dépenses exécutées et la résolution des vrais problèmes de santé de la population ». En d’autres termes, a expliqué le ministre de la Santé, « chaque franc dépensé doit être orienté dans le sens de la satisfaction sanitaire des besoins des populations en santé ».

JPEG - 55.6 ko

L’exemple peut être pris, a mentionné le professeur Dorothée Akoko Kindé-Gazard, sur les 16 agents, à divers niveaux, qui ont été reçus dans l’ordre national de mérite du Bénin, ou sur les agents, à qui ont été décernées des lettres de félicitation, ou encore sur les agents qui ont, pendant 30 ans, rendus de loyaux services à la maison santé et qui sont admis à faire valoir leur droit à la retraite.

Tableaux comparatifs des consultations et décès enregistrés en 2013 et 2014 au Bénin pour certaines maladies.

Adanmavokin Justin Sossou, secrétaire général du ministère de la Santé, lors de la cérémonie de présentation de vœux intervenue, le vendredi 30 janvier, a informé du nombre de personnes venues en consultation pour le paludisme, l’anémie, la diarrhée et qui en sont décédées, dans les formations sanitaires, courant 2014. Il a fait par là-même, une brève comparaison avec les chiffres de 2013. Ci-dessous, les tableaux.

Tableau des personnes admises en consultation
Maladies Personnes venues en consultation en 2014 Taux du nombre de personnes venues en consultation comparé aux autres maladies Personnes enregistrées en consultation en 2013 Taux enregistré
Paludisme 1 178 165 44 1 550 288 40,6

Infections respiratoires aiguës

372 351 13,9

506 884

13,3
Autres Affections gastroentériques 200 464 7,5 260 546 6,8
Anémie 105 317 3,9 161 498 4,2
Diarrhée 78 198 2,9 129 001 3,4

 

Tableau Tableau du nombre de personnes décédées
Maladies Personnes décédées en 2014 Taux du nombre de personnes décédées comparé aux autres maladies Personnes décédées enregistrées en 2013 Taux enregistré
Paludisme 1349 26 2058 26
Anémie 533 10,3 525 6,6
Autres Affections gastroentériques 269 5,2 385 4,9
Malnutrition 222 4,3 322 4,1
Autres Traumatisme 201 3,9 317 4

Ces tableaux révèlent que le paludisme est la première cause de consultation et de décès au Bénin. Au niveau de l’Etat et des partenaires techniques et financiers, des moyens plus adéquats sont à déployer pour réduire considérablement cette prévalence. Au niveau des ménages, des efforts sont à conjuguer pour réduire considérablement le nombre de personnes exposées aux piqûres des moustiques. Les moyens de prévention du paludisme doivent faire l’objet de large communication au sein de la population.

 

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj