BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > Recrudescence de mouvement de grève dans le secteur de la santé.

Dorothée KINDE GAZARD expose des actes concrets qui devraient calmer les ardeurs des grévistes.

Ils ont décidé d’une motion de grève de 48 heures à compter de mardi 27 mai 2014. Les paramédicaux revendiquent notamment la prime de logement et le paiement des arriérés de salaire.

JPEG - 51.9 ko

Mais à la veille de la mise à exécution de cette motion, la ministre de la santé Dorothée KINDE GAZARD a tenu une conférence de presse aux fins d’expliquer les mesures appropriées prises par le gouvernement béninois pour la sauvegarde des droits des malades aux soins de qualité. « Nous ferons le maximum pour que les soins continuent », a laissé entendre l’autorité en indiquant que les centres de santé confessionnels seront mis à contribution afin d’assurer le service minimum dans les hôpitaux et centres de santé de service public. Dans la même optique, des instructions ont été données aux directeurs départementaux de la santé sur toute l’étendue du territoire national.

Par ailleurs, la ministre Dorothée KINDE GAZARD, tout en appelant les syndicalistes au dialogue, fait des pieds et des mains pour que toute la plateforme revendicative des paramédicaux soit satisfaite. Elle reste très préoccupée par l’amélioration des conditions de travail de tous les agents de santé. « Nous pouvons faire économie de cette grève », a-t-elle soutenu devant les acteurs des médias. En effet, le Conseil extraordinaire des ministres en sa séance du lundi 26 mai 2014 s’est penché sur les revendications des paramédicaux. Et pour satisfaire ces revendications, la ministre de la santé, en entente avec ses collègues de la fonction publique et des finances, a déjà posé des actes.

En clair, quelques arrêtés dont un interministériel sont pris pour la correction des disparités catégorielles au niveau de l’ensemble des travailleurs du ministère de la santé. On peut citer entre autres arrêtés :

  • Arrêté n°230 portant création d’un comité ad hoc chargé de réaliser les travaux de correction des disparités catégorielles,
  • Arrêté n°231 portant création d’un comité ad hoc chargé de la poursuite des travaux de reversement du personnel médical dans le corps des praticiens hospitaliers spécialistes,
  • Arrêté n°232 portant accélération des travaux du comité chargé de la prise des avenants au profit des agents contractuels de l’Etat du ministère de la santé,
  • Arrêté n°233 portant création du comité ad hoc chargé de l’étude de la liste d’aptitude,
  • Arrêté n°234 portant création du comité ad hoc chargé de l’affiliation des agents contractuels de l’Etat du ministère de la santé à la caisse nationale de sécurité sociale,
  • Arrêté n°235 portant création d’un comité chargé des travaux de promotion des agents permanents de l’Etat du secteur de la santé,
  • Arrêté n°236 portant création d’un comité chargé des travaux de mise à la retraite des agents de l’Etat du secteur de la santé au titre de l’année 2014.

Il est important de préciser que la ministre de la santé, dans sa quête de solutions aux différents problèmes posés par les agents de santé, ne cesse de multiplier des rencontres d’échanges avec les syndicalistes. A titre illustratif, elle a encore convoqué une séance d’échanges avec eux, lundi 26 mai dernier, c’est-à-dire à la veille du déclenchement de la grève. Mais hélas, il y en a parmi ces syndicalistes qui ont choisi de boycotter cette séance initiée par l’autorité. En effet, l’absence de Vincent EHOULE, Secrétaire Général du syndicat des anesthésistes et réanimateurs du Bénin, a surpris plus d’un. Il fait partie de ceux-là qui ont passionnément désapprouvé les actions de la ministre KINDE GAZARD. A l’occasion de sa récente intervention sur une chaîne de télévision privée de l’espace médiatique national, il n’a pas hésité à évoquer l’absence d’un dialogue sincère entre les syndicalistes et l’actuelle ministre de la santé. M. EHOULE aurait dû répondre à l’appel de son ministre de tutelle afin de faire savoir toutes ses inquiétudes relatives à la gestion du secteur de la santé. Il aurait pu tout simplement montrer sa bonne foi et sa disponibilité à œuvrer pour l’apaisement dans le secteur, à l’instar de ses camarades syndicalistes qui sont allés écouter la ministre de la santé. Voilà qui montre encore le degré de responsabilité et l’inconséquence de certains responsables syndicaux tapis dans les rangs de l’Intersyndicale des Ressources Humaines en Santé (IRHS). La santé des populations et leur droit à bénéficier des soins adéquats en tout temps dans nos hôpitaux et centres de santé, ne sauraient être bafoués et sacrifiés par de vils desseins sur l’autel des querelles personnelles et intestines. Le ressaisissement est encore possible et il urge que les vrais syndicalistes du secteur de la santé s’emploient à dissocier le bon grain du l’ivraie. Il y va en tous cas de la crédibilité dans leur rang.

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj