BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > l’analyse des coûts et du financement de la vaccination de routine et de l’introduction des nouveaux vaccins au Bénin
JPEG - 45.6 ko

Le jeudi 06 février 2014 s’est tenu dans la salle de conférence du 1er étage du bâtiment central, la séance de restitution d’étude sur « l’analyse des coûts et du financement de la vaccination de routine et de l’introduction des nouveaux vaccins au Bénin ». Cet atelier a vu la participation de plusieurs cadres du ministère en occurrence le directeur adjoint du cabinet, secrétaire général, la directrice de l’agence nationale de vaccination et des soins de santé primaire ainsi que le représentant résident de l’Agence pour la Médecine Préventive (AMP) et ses collaborateurs.

JPEG - 49.4 ko

A l’ouverture de la séance, le secrétaire général a expliqué la quintessence de ce vaste projet financé par la fondation Bill et Melinda Gates.
Cette étude a eu lieu simultanément dans les pays tels que « Moldavie », « Ouganda », « Zambie », « Honduras », « Bénin » et « Ghana ».

L’objectif de cette étude est de :

  • Calculer les coûts du programme élargi de vaccination (PEV) de routine en 2011, y compris le coût total, la structure des coûts, le coût unitaire, et le coût des prestations ;
  • Evaluer les flux financiers du PEV ;
  • Calculer les coûts d’introduction des nouveaux vaccins y compris le coût total, la structure des coûts, le coût unitaire et le coût de prestation ;
  • Evaluer le financement des activités d’introduction des nouveaux vaccins ;
  • Evaluer la productivité des prestataires de services de vaccination et ses déterminants.

La brillante présentation du secrétaire général a donné suite à celle de Jean-bernard LE GARGASSON de l’AMP sur le coût du programme de routine et de l’introduction des nouveaux vaccins et la cartographie des financements de la vaccination de routine ainsi sur les résultats de l’analyse des déterminants. Il ressort de cette étude que depuis 1996, le gouvernement assure l’achat des vaccins traditionnels et le cofinancement des vaccins sous utilisations et des nouveaux vaccins. Au Bénin, l’initiative pays pauvre très endetté (PPTE), et l’initiative multilatérale de réduction de la dette étaient d’accroître des ressources dans le combat contre la pauvreté. 

À cet égard, le PEV Bénin a reçu des fonds dérivés de PPTE depuis 2000 qui sont employés pour acheter les vaccins et matériels d’injection. Le PEV BENIN a reçu l’appui de l’alliance GAVI depuis août 2002. Selon la dernière mise à jour du PPAc, les fonds domestique représentaient 28% des financements du PEV.
 Et selon l’estimation de l’étude, le financement total pour la vaccination de routine au titre de 2011 est de 10 120 597 199 USD. Les fonds externes contribuent à 83% du total des fonds et le financement du pays à 16%. Le financement de GAVI seul présente 56% du financement 2011, et l’UNICEF représente 21%. Les ressources nationales proviennent principalement du gouvernement central et prennent environ 16% des ressources . l’agence nationale de vaccination et des soins de santé primaire (ANV-SSP) joue un rôle essentiel dans la mobilisation des ressources et la distribution des sources de financement. Les départements et les zones sanitaires reçoivent majoritairement le financement du gouvernement central. Néanmoins, ils peuvent aussi recevoir directement le financement des organisations internationales, si elles présentent un intérêt stratégique particulier.

En conclusion, l’étude a révélé un coût plus élevé que les estimations récentes de la vaccination de routine au Bénin du plan pluriannuel global, PPAc . Le coût était plus élevé pour tous les éléments (sauf le transport), ce qui pourrait impliquer que les résultats actuels des outils du PPAc peuvent sous-estimer les ressources utilisées pour la vaccination de routine. Les vaccins étaient le déterminant principal des coûts. Les résultats confirment que trois quarts des coûts réels de prestation (c’est-à-dire excluant celui des vaccins) au niveau de l’établissement étaient déterminés par les coûts de la chaîne de froid et du personnel. La partie importante des coûts récurrents au niveau de l’établissement souligne la nécessité d’un financement durable et continu de la vaccination au Bénin. Le résultat de l’analyse de financement souligne la proportion importante de financement par les bailleurs de fonds externes (83 %), confirmée par les estimations récentes du PPAc (72 %). Dans les années à venir, le Bénin est susceptible d’introduire de nouveaux vaccins. Selon le PPAc, MenAfriVac est prévu pour 2016, HPV pour 2017 et rotavirus pour 2018. Ces introductions vont nécessiter des ressources supplémentaires fiables à la fois pour les coûts des vaccins et la prestation de service de façon à assurer la viabilité de la performance du programme de vaccination au long terme. À cet égard, les résultats de cette étude peuvent fournir des estimations actuelles de la pleine utilisation des ressources dans le calendrier actuel, du coût de l’élargissement et du coût de l’introduction de vaccins supplémentaires à l’avenir.

cliquez ici pour trouver le document

Analyse des coûts et du financement de la vaccination de routine et de l’introduction des nouveaux
vaccins au Bénin

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj