BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > Le PARZS célèbre la Journée Internationale de la Femme Rurale dans l’Atacora-Donga
JPEG - 65.6 ko

La Journée Internationale de la Femme Rurale, une journée pour les femmes, une journée qui permet de reconnaître leur rôle et leurs apports décisifs dans la promotion du développement agricole et rural, l’amélioration de la sécurité alimentaire, la promotion de la santé et l’élimination de la pauvreté en milieu rural… Pourtant, la majorité des femmes rurales des zones sanitaires appuyées par le Projet d’Appui au Renforcement des Zones et départements Sanitaires du Mono-Couffo et de l’Atacora-Donga (PARZS) n’ont jamais entendu parler d’une telle journée. Pour elles, il s’agit d’une journée comme une autre, une journée où il faut aller au champ, s’occuper de leurs enfants et de leur mari, bref, une journée de dur labeur.

Partout dans le monde, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes est en amélioration. Mais malgré les progrès, beaucoup reste à faire, surtout en ce qui concerne les femmes rurales qui représentent le quart de la population mondiale. Les femmes, et plus particulièrement les femmes rurales, sont souvent victimes de discrimination en matière d’éducation et de santé. Rares sont celles qui participent aux prises de décisions. Réduites au silence, ces femmes sont carrément des « sans voix » alors qu’il suffirait de croire en elles et de leur donner les moyens pour qu’elles fassent leurs preuves.
C’est pour cela que le PARZS, dans sa stratégie de structuration de la demande de soins, a fait l’option de faire représenter la gent féminine dans les structures de dialogue entre l’offre et la demande de soins. Ces structures sont indispensables pour donner un cadre dans lequel les femmes rurales leaders pourront partager leurs connaissances et participer aux prises de décisions qui auront un impact sur toute la communauté.

Pour la Journée Internationale de la Femme Rurale 2013, le PARZS a choisi comme thème « le rôle de la femme rurale dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile ».
En 2012, on estime que dans les deux zones sanitaires appuyées par le PARZS dans le nord du Bénin (Bassila et Djougou-Copargo-Ouaké), 25 femmes ont perdu la vie lors de l’accouchement (soit un ratio de 148 pour 100 000 accouchements) et 389 enfants sont morts nés ou morts avant l’âge de 7 jours (soit un ratio de 23,5 décès pour 1000 naissances vivantes). Ces chiffres sont encore sous-estimés puisqu’ils ne comptabilisent que les morts ayant eu lieu ou ayant été rapportées dans les formations sanitaires.
L’objectif est donc d’envergure pour le système de santé et pour les femmes en particulier : il est primordial de réduire la mortalité maternelle et infantile. C’est la raison pour laquelle le projet a consacré cette journée à faire le point sur les différents problèmes que rencontrent les femmes enceintes/les jeunes mamans et qui ont parfois des conséquences tragiques.

JPEG - 76.9 ko

La célébration de la journée s’est déroulée sur plusieurs jours. Dans un premier temps, toutes les présidentes des groupements féminins ont été réunies par arrondissement. Chaque réseau féminin du niveau arrondissement a invité une sage-femme du milieu pour participer à une séance d’échanges sur le thème de la mortalité maternelle et infantile. Au cours de celle-ci, les différents problèmes auxquels doivent faire face les femmes ont été identifiés. Dans un second temps, les problèmes retenus par les quatre réseaux d’arrondissement de la zone sanitaire de Bassila ont été apportés au niveau du réseau communal. Des échanges ont eu lieu entre les quatre réseaux arrondissement afin de trouver des solutions adéquates aux problèmes relevés.
Les femmes présentes lors de la rencontre ont pris leur rôle très au sérieux. Les histoires vécues au sein des villages ont largement alimenté les discussions. Parmi les principaux problèmes retenus, nous pouvons citer :

  1. L’absence de planification familiale ;
  2. Le non suivi de la grossesse et du nouveau né (absence/insuffisance de consultations prénatales, non suivi de l’agenda vaccinal de l’enfant,…) ;
  3. L’absence d’application des conseils de la sage-femme ;
  4. Le maintien des activités physiques intenses chez la femme enceinte ;
  • L’absence de planification de l’accouchement, surtout pour les femmes qui habitent loin d’un centre de santé (pas de moyen de transport,…) ;
    Les accouchements à domicile ;
  • La mauvaise/non utilisation des moustiquaires.

Les solutions envisagées pour palier à ces problèmes n’ont pas manqué. Nous retiendrons particulièrement le fait de travailler en collaboration avec les relais communautaires
cliquez ici pour lire l’article sur ces organes dans un précédent bulletin pour le recensement des femmes enceintes et leur suivi (consultations prénatales, vaccination de l’enfant,…). Des sensibilisations auprès des futurs parents sont indispensables pour garantir un bon résultat. Le personnel de santé doit également être impliqué, surtout lorsque des réticences continuent à se faire sentir. 
Finalement, les différentes solutions proposées ont été déclinées en activités et vont servir de plan d’actions pour les différents réseaux jusqu’à la fin de l’année 2013. Un débat sur la thématique du genre a également été animé par l’ONG GERME avec laquelle le projet travaille. La célébration de la journée a pris fin. Les femmes sont reparties dans leur village. Nous espérons que cette journée serait un réel déclencheur pour intensifier les activités de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Le PARZS suivra de près les mini-plans d’actions élaborés lors de cette activité afin de garantir de meilleurs résultats.

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj