BIENVENUE SUR LE SITE WEB
DU MINISTERE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN

La santé pour tous et partout
Ministère

Projets - Programmes
Galerie photos
Actualité > 23ème Journée Mondiale de la Population : l’accès universel à la santé de la reproduction prôné
JPEG - 29.2 ko

La commune de Djakotomey dans le département du Couffo a accueilli les manifestations dans le cadre de la commémoration de la 23ème Journée Mondiale de la Population. Le thème retenu pour cette célébration : Accès universel aux services de la reproduction a retenu l’attention de plusieurs autorités et cadres administratifs qui n’ont pas voulu se faire compter l’histoire. Au nombre de ces personnalités quatre ministres du gouvernement à savoir les ministres de la décentralisation, du développement, de la famille et de la santé. A leurs côtés les partenaires techniques et financiers.

Reece Hermine ADANWENON

Le terrain de sport de l’Ecole Primaire Urbaine Centre grouillait de monde ce matin du mercredi 11 juillet 2012. Les femmes avec leurs bébés au dos attendent impatiemment les délégations devant présidées la célébration de la Journée Mondiale de la Population. Ces femmes, comme d’autres font partir des 7 milliards d’habitants que compte la planète terre depuis 2011. En effet, le Bénin à l’instar de la communauté internationale a commémoré ce mercredi 11 juillet 2012 la 23ème Journée Mondiale de la Population.
Cette année, l’attention est focalisée sur la santé de la mère et de l’enfant à travers l’accès pour tous aux services de santé de la reproduction. A en croire Diene KEITA, Représentante du Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa) au Bénin, le choix de ce thème est une opportunité pour renouveler et revigorer les engagements pris concernant l’accès universel à la santé de la reproduction et pour rendre hommage à ceux qui fournissent informations, services et produits. « A moins de trois ans de l’échéance de 2015, force est de constater que chaque jour, nombreuses sont les femmes, qui continuent de payer un lourd tribu à la mort en voulant donner la vie », déplore Diene KEITA. Dans la commune de Djakotomey, les indicateurs tels que présentés par le premier adjoint au maire de la ville Elie SAGBO confirme ce constat fait par la représentante de l’Unfpa. Dans cette localité, il existe une légère disparité entre le taux de couverture des consultations prénatales qui est de 86, 6% et le taux de mortalité maternelle, 57,8% pour 100.000 naissances vivantes. Quant à lui, le taux d’utilisation des services de planification familiale reste très faible : 1,6%. « Les centres de santé sont vétustes et ne disposent pas du matériel adéquat pour offrir les services de qualité aux populations. A Djakotomey deux centres de santé sur 10 sont clôturés et il existe seulement deux incinérateurs pour toute la commune qui compte 129.557 habitants répartis dans 10 arrondissements de 72 villages », a indiqué Elie SAGBO. Saisissant l’occasion, le premier adjoint au maire de Djakotomey a lancé un vibrant appel à toutes les autorités présentes afin qu’une attention particulière soit accordée à sa commune. Un appel, qui ne tombera pas dans les oreilles de sourd puisque le ministre de la santé connaissant les réalités de chaque localité a prévu de mettre à la disposition des formations sanitaires de tous les départements, Six cent deux (602) kits d’insertion et retrait d’implants, la même quantité de kits pour la Pose et le retrait des Dispositifs Intra Utérins (DIU), acquis grâce à l’appui de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), puis deux cent cinquante (250) kits de césarienne acquis avec l’appui financier de l’UNFPA pour contribuer à améliorer les indicateurs relatifs à ces deux interventions. La célébration de la journée mondiale de la population a donc permis la remise de ce matériel au Directeur départemental de la Santé du Mono-Couffo.

JPEG - 29.2 ko

Selon le professeur Dorothée Kindé Gazard l’expérience de certains pays montre que même avec les difficultés du système de santé, il est possible d’obtenir une réduction sensible de la mortalité maternelle et infantile en renforçant les soins cliniques des mères et des nouveau-nés ainsi qu’en mettant les soins à l’échelle communautaire par la revitalisation des soins de santé primaires. A ce propos, elle dira qu’il est temps d’intensifier les efforts et de faire la différence.
L’atteinte de l’objectif 5 du millénaire pour le développement un défi majeur !
Le Bénin accélère les progrès vers l’atteinte de l’Objectif 5 du Millénaire pour le Développement qui consiste à réduire de 75% d’ici 2015 le taux de mortalité maternelle. Dans cette démarche, le ministre de la santé, le professeur Dorothée Kindé Gazard a saisit l’opportunité pour inviter tous ceux et celles qui travaillent dans le secteur de la santé, individuellement et collectivement, à mobiliser toutes les énergies et les ressources nécessaires afin d’appuyer la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des différentes actions pour l’amélioration, de la disponibilité et de l’accès à nos populations aux services de santé de la reproduction. « Je suis convaincue qu’avec l’engagement ferme, de tous les acteurs et des Partenaires Techniques et Financiers, notre pays va relever les défis de la mortalité maternelle et infantile et réduire de manière sensible, la souffrance de nos populations », ajoute-t-elle. Pour Dorothée Kindé Gazard, les mesures de la gratuité de la césarienne, du repositionnement de la Planification Familiale et prochainement de la gratuité de la prise en charge des hémorragies graves témoignent la volonté du chef de l’état et de son gouvernement à réduire la mortalité maternelle. Dans la même lancée d’idée, le ministre du développement, de l’analyse économique et de la prospective, Marcel de-Souza a rendu un hommage mérité aux acteurs sanitaires, aux chercheurs.

Grandes réformes

Anciens ministres
Infos légales | Infos éditoriales | Contact | Termes d'utilisation

2017 - Ministère de la santé - www.sante.gouv.bj