Abonnement Bulletins


Galerie Photos
Actualités > Signature du protocole d’accord du compact transitoire entre le Ministère de la Santé et ses partenaires:52 milliards de FCFA mobilisés et les défis du secteur passés au crible.

De l’argent pour le secteur de la santé en 2015 mais les initiatives doivent conduire à l’amélioration des soins de santé au profit des populations. C’est l’essentiel à retenir de la matinée de travail entre les cadres du ministère de la Santé et les partenaires techniques et financiers, tenue le jeudi 26 mars, au Bénin Marina Hôtel de Cotonou.

Un accord de 52 milliards de FCFA signé et les axes d’intervention en vue de l’amélioration des soins de santé au profit des populations sont les points qui ont occupé cadres du ministère de la Santé et partenaires techniques et financiers, le jeudi 26 mars, à Cotonou.

En ce qui concerne le premier aspect de cette assise, ce sont 20 partenaires techniques et financiers qui ont, à la suite du ministère de la Santé et de celui de l’Economie et des finances, signé le Protocole d’accord du compact transitoire qui permet la mise en œuvre du Plan intégré de travail annuel 2015, en vue de l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement. Cet engagement des partenaires techniques et financiers, a apprécié le Professeur Dorothée Akoko KINDE-GAZARD, Ministre de la Santé, permettra de faire face aux maladies prioritaires que sont le paludisme, le VIH/Sida et la tuberculose. En outre, il sera un tremplin pour renforcer le système de surveillance épidémiologique (Ebola, Lassa, Grippe aviaire, Poliomyélite, …), repositionner la planification familiale, réduire les mortalités maternelle et infantile, assurer le renforcement du système sanitaire à travers la mise à l’échelle du financement basé sur les résultats. Cet appui, se réjouit-elle, est d’une part « autant de ressources financières pour booster le secteur de la santé » puis d’autre part, l’expression de la confiance des PTF à la gestion du secteur de la santé béninois, quand on sait qu’en 2010, pour la signature du même accord, il n’y avait que sept PTF. Tout compte fait, a conclu sur ce point Kevin ARMSTRONG, Directeur de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), chef de file des PTF du secteur de la Santé, leur engagement marque « une étape très importante de leur soutien au système sanitaire béninois ».

Avant d’aborder les défis, les PTF ont noté que le Bénin a l’un des taux les plus élevés de la sous-région en matière de possession de moustiquaires par les mères et les enfants. Soit 75% de possession. De même, ils ont relevé que comparativement à 1996 où 1 bébé sur 11 mourait avant son premier anniversaire, actuellement, la proportion est passée d’un bébé qui meurt sur 24. Aussi, comparé à 1996, il y a plus d’enfants qui arrivent à fêter leur cinquième anniversaire. La mortalité dans ce domaine est réduite de 58%. Quoiqu’encore faible, les PTF ont indiqué que le taux de prévalence contraceptive, si l’on tient compte de 2006, a néanmoins connu une avancée. Il est passé de 6% en 2006 à 7,9% en 2011. Seulement,

JPEG - 13.3 ko

l’ensemble des participants à cette séance de travail entre les cadres du ministère de la Santé et les partenaires techniques et financiers ont souligné l’impact négatif des grèves sur ces performances. A ce sujet, le ministre de la Santé a fait part des démarches entreprises pour qu’advienne le dégel de la situation. « Pas plus tard que le mercredi 25 mars, jusqu’aux environs de 21 heures, nous étions en pourparlers avec nos partenaires sociaux », a-t-elle annoncé à l’assistance.

Autre défi à relever, a suggéré l’UNICEF, il y a la couverture vaccinale. Pour l’instant, s’inquiète cette institution internationale, moins d’un enfant vivant au Bénin est correctement vacciné. Docteur Anne VINCENT, Représentante Résidente de l’UNICEF au Bénin, a profité de son intervention pour exhorter ses pairs à soutenir le projet du « système logistique optimisé pour la vaccination au Bénin ». La Belgique quant à elle, s’est intéressée sur la prise en charge des indigents dans l’accès aux soins de qualité. Une réflexion est en cours, a informé le ministère de la Santé, afin qu’avec le Régime d’assurance maladie universelle, l’indigent ait automatiquement accès aux soins dont il a besoin. Mais, une grande question demeure : « faut-il conférer, durant toute une année, le statut d’indigent, à un individu ? »

La coordination entre le Programme national de lutte contre le VIH/Sida (PNLS) et la Direction de la Santé de la Mère et de l’Enfant (DSME) pour l’efficacité de l’élimination de la transmission du VIH/Sida de la mère à l’enfant a été fortement sollicitée par les participants aux travaux. Ceux-ci, se sont par ailleurs intéressés à la gestion du fonds FADEC dans le secteur de la Santé et ont formulé le vœu que ces ressources soient effectivement affectées aux besoins en santé des communes bénéficiaires.

Au terme des travaux, sept recommandations ont été adoptées et le Ministre de la Santé, au nom du gouvernement, a exprimé la gratitude du Bénin aux PTF. « Merci pour tout ce que vous apportez à la population béninoise », a-t-elle dit. Puis, appelant ses collaborateurs à l’abnégation afin de se rendre davantage digne de la confiance des partenaires, elle leur a laissé ce message : « il ne sert à rien de mobiliser les ressources si nous ne pouvons pas les utiliser ».

 


Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

ORHSB © 2013 - Tous droits réservés
Conçu et réalisé par INOVACT