Abonnement Bulletins


Galerie Photos
Production de RHS > Institutions de formations en RHS

La formation du personnel de santé englobe la formation de base et la formation continue ou formation encours d’emploi.
- Le Ministère de la Santé a eu jusqu’ici peu d’emprise sur la formation de base ou formation initiale des agents de santé ;
- Le Ministère de la Santé ne forme pas les agents qu’il utilise. Cette formation est assurée par d’autres départements ministériels, notamment les Ministères en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Formation Professionnelle au Bénin et d’autres structures à l’extérieur ;
- Il se pose de plus en plus le problème de l’adéquation entre le produit formé et les attentes du Ministère de la Santé ;
- Il n’y a pas suffisamment de concertation entre le formateur et l’utilisateur, et il n’existe pas une définition des profils de personnel dont le Ministère de la Santé a besoin.
Formation initiale
Au Bénin la production des Ressources Humaines en Santé est assurée par des Ecoles et des Institutions Publiques qui relèvent non pas du Ministère de la Santé (Ministère utilisateur), mais du Ministère en charge de la Formation Professionnelle et du Ministère de l’Enseignement Supérieur.

Schéma général reprenant l’architecture par type d’enseignement formation initiale dans le secteur de la Santé

NB : Depuis trois ans, les institutions de formation paramédicale (INMES, ENIIAB) ont été fermées en perspective de la mise en œuvre des nouvelles des nouvelles réformes de formation initiale de personnel de santé. Ces réformes visent essentiellement à :
- harmoniser le niveau d’entrée dans ces écoles qui passera désormais de BEPC au BAC ;
- avoir une seule école de formation des infirmiers ;
- mettre sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur ou du Ministère de la Santé,
certaines écoles de formation paramédicale.

Nombres de Médécins Spécialistes en Formation en 2010


Capacité des Institutions de formation

La qualité des diplômes délivrés par les institutions de formation dépend de leurs capacités sur le plan des infrastructures, d’accueil et d’encadrement.
De façon générale, les effectifs des enseignants sont insuffisants pour assurer un meilleur encadrement des apprenants. La situation de pénurie d’enseignants concerne toutes les institutions de formation. Elle est rendue plus remarquable par les départs à la retraite et la nomination des enseignants à des postes politiques ou administratifs. De plus, très peu de nouveaux enseignants qualifiés peuvent être recrutés sur le marché. Les différentes difficultés rencontrées dans les institutions de formation se résument en ceci :

- Inexistence des structures de formation des formateurs ;
- Inadéquation entre les programmes de formation avec les besoins du secteur ;
- Effectif pléthorique dans écoles de formation ;
- Insuffisance d’infrastructures ;
- Difficultés d’absorption des produits formés ;
- Inadéquation des programmes de formation avec la demande du marché de travail ;
- Existence de deux catégories d’infirmiers (Infirmiers Diplômés d’Etat et Infirmiers Brevetés) ;
- Problème du niveau de recrutement dans les écoles de formation des paramédicaux ;
- Insuffisance de recyclage des enseignants et formateurs ;
- Insuffisance et vétusté des équipements ;
- Insuffisance d’encadrement à la pratique ;
- Insuffisance du budget de fonctionnement ;
- Insuffisance de réglementation de la formation des agents de santé.

Formation continue des personnels de santé

Niveau de qualité de l’enseignement médical et paramédical

Le Bénin s’est doté d’établissements très performants de formation de différentes catégories de personnels de santé. Ces écoles de santé jouissent d’une renommée connue au-delà des frontières nationales, mais elles ont commencé à connaître ces dernières années des difficultés qui ont un impact négatif sur la qualité de l’enseignement médical et paramédical.

Depuis 2000, les écoles de santé fonctionnent avec des effectifs pléthoriques. Jusqu’en 2000 la moyenne par promotion à la faculté de médecine était de 30 étudiant en moyenne. Ce nombre est allé jusqu’à 60 après 2000 alors que les conditions d’accueil et d’encadrement n’ont pas changé.

Pour les paramédicaux, les effectifs sont devenus pléthoriques à partir de 2001 (plus de 400 élèves infirmiers et sages-femmes par promotion). Cette situation a conduit à la fermeture de l’INMES en 2006.

L’encadrement des étudiants présente un certain nombre d’insuffisances de nos jours : absence de livret de stage, insuffisance numérique des encadreurs.

Adéquation des programmes avec les besoins

Des efforts restent à faire en ce qui concerne l’adéquation de la production des professionnels de santé avec les besoins en compétence du secteur santé, notamment en ce qui concerne le personnel para - médical.

Les programmes enseignés sont essentiellement cliniques, beaucoup plus adapté au travail dans le privé et moins aux réalités du public où le médecin, la sage-femme ou l’infirmier est appelé à s’intégrer dans la communauté où il travaille, à traiter le malade et non la maladie, à exécuter des tâches de gestion lorsqu’il est Médecin-Chef ou Infirmier/Sage-femme Chef de poste.

Réforme des écoles paramédicales

Les principales réformes envisagées pour relever la qualité de la formation dans les écoles paramédicales sont :

- l’amélioration de la compétence des formateurs, à travers notamment le renforcement de la formation initiale et continue des enseignants. Dans ce cadre, il est prévu l’ouverture au Bénin d’une école des cadres de la santé qui s’occupera de la formation du personnel d’encadrement.

- le relèvement du niveau de recrutement dans les écoles d’infirmiers et de Sages-femmes. A ce titre, une décision du Conseil des Ministres a retenu le Baccalauréat comme diplôme de base pour l’entrée dans ces deux écoles.

Ecoles privée, domaines de formation et effectifs

Il y a eu l’ouverture d’écoles privées de santé en 2000 mais ces écoles ont vite fermées parce que ne remplissant pas les conditions d’encadrement pour une formation de qualité.
A défaut d’école nationale de formation, les Aides-Soignants sont formés dans les cabinets privés (médicaux, obstétricaux ou infirmiers) et il leur est délivré une attestation après trois ans de formation. Il n’existe pas de statistiques précises sur les effectifs formés.


ORHSB © 2013 - Tous droits réservés
Conçu et réalisé par INOVACT